Mon trisaïeul Ange est né à l’époque de la Restauration de la Monarchie en France, en régnant Louis XVIII. Il vivait d'enfant avec sa soeur, Aimable, deux années plus grande que lui et sa mère, Marie Louise Félicité Turgot, dans la Rue Fraisier Nro. 5, à Brest. Son père, Laurent René, est mort dans un naufrage en Terre-Neuve, à bord de sa Goélette la Fanchette, quand il avait seulement 1 année d'âge.

Ange était fils d'un Capitaine de la Marine de France et le petit-fils d'un marin corsaire acadienne. Dans sa jeunesse, il a étudié dans l'École Navale de Brest pour être Ecrivain de la Marine.

LES ECRIVAINS DE LA MARINE DE FRANCE:

 

Anciennement appelés « écrivains », ils sont aujourd'hui les employés administratifs de la Marine. Sans photocopie et sans ordinateur, ils devaient écrire tout à main, en double ou en triple exemplaire chaque document pour le protéger en cas de perte ou de falsification. Ses tâches consistaient à prendre note de tout : les matériels de construction (bois, fers, cordes), recettes d'argent et les dépenses ; les hommes (marins au service du Roi, ouvriers, les soldats à embarquer) : aliments (boissons, farine, légumes) ; armements (poudre, munitions). Ces registres faisaient la synthèse de l'activité d'un bureau, d'un port ou du mouvement d'un bateau. Ces informations étaient transmises à l'Intendant, et il pouvait informer au secrétaire d'Etat de l'avance des travaux, des armements, de l'état d'une construction, etc. À partir de ces données les bureaux centraux de la Marine prennent leurs décisions, et, après avoir reçu l'aval du Ministre, répercutent sur les ports et les arsenaux.. 

LES OFFICIERS DE PLUME

ORDONNANCE DU ROI, LOUIS XIV, Du 15 D'AVRIL 1689:

Il Régla l'Administration de la Marine Française et la partition en 4 Corps: Corp des Officiers de Vaisseau, Corp des Officiers d'Artillerie, Corp des Officiers de Port, et

"CORP D'ADMINISTRATION CIVILE: Composé d'intendants et, sous leurs ordres, de commissaires et d'écrivains qui étaient chargés des approvisionnements, des magasins, de la manutention des finances, de la police des arsenaux, des vivres, de la levée des équipages et de leur répartition entre les vaisseaux, de la paie des ouvriers, des soldes des officiers et équipages... »

Ange Briand se marie à Brest, à 25 ans, le 29 août 1842 avec Eugénie Marie Marchal, 21 ans, née le 3 avril 1821 en Saint Pierre et Miquelon, fille de Stanislas Auguste Marchal et d'Eugénie Victoire Dierce.

Eugénie Marie Marchal était la nièce de son beau-frère Philippe Desiré Dierce. Six mois avant, le 16 avril 1842, sa sœur, Aimable Briand, s'était mariée avec Philippe Dierce en Brest. Philippe était frère d'Eugénie Victoire Dierce, la mère d'Eugénie Marie Marchal. Les deux, (Philippe et Eugénie Victoire) étaient enfants de Georges Louis Dierce, un Capitaine de la Marine qui avait disparu en 1816 sans laisser de traces, et de Marie Julienne Becquot.

 

Le 28 octobre de 1844 Ange Briand et Eugénie Marie Marchal ont un fils à Brest :

mon bisaïeul Eugène Marie Auguste Briand.

Témoins de cette naissance, furent son aïeul, Stanislas Auguste Marchal et son grand-oncle, Philippe Dierce.

Le 5 Janvier 1870 nous trouvons à Ange Briand, 52 ans, avec son épouse Eugénie Marie Marchal, domiciliés en Lorient, dans le mariage de leur fils Eugène.

LA MIGRATION À INDRET (NANTES) ET LA PENSION MILITAIRE D'ANGE BRIAND

L'importance de la fonderie de canons et l’usine pour machines de bateaux à vapeur installées dans Indret, à 10 Kms. de Nantes, transforme ce lieu en une destination attractive pour les employés de la Marine, en tant que techniciens ou agents administratifs. En 1870, Ange Briand obtient une pension militaire , une retraite, après 38 ans du service comme agent administratif de la Marine, et en accompagnant ses parents qui émigrent à ce lieu, il part pour vivre à La Montagne, commune de Saint- Jean-de-Boiseau, limitrophe avec Indret. Dans La Montagne résidaient la majorité des travailleurs d'Indret, et les frères de son épouse, avec ses familles.

Avec Ange, ils demeurant, dans La Montagne, sa belle-sœur, Célestine Heloïse Marchal, sœur mineur d'Eugénie Marie Marchal, née dans St. Pierre et Miquelon le 6/7/1826, et son époux, Armand Auguste Le Pontois, né dans Villedieu-les-Poêles, Manche, le 25/10/1831, il aussi un agent administratif de la Marine, qui s'étaient mariés dans La Montagne le 24 avril 1859, dans la commune de Saint-Jean-Le-Boiseau. Il vivait aussi là, l'autre frère de son épouse, Alexis Charles Marchal, il aussi un agent administratif de la Marine, avec sa femme, Hortense Fruchard, et ses enfants.

En Décembre 1870, Ange reçoit la visite de son fils Eugene, avec sa femme Julie Marie Kerny, et le 30 décembre ils lui font un cadeau de fin d'année : sa première petite-fille, Célestine Marie Briand, est née ce même jour dans sa maison.

En 1840 la France avait été transformée : ils commençaient à circuler les premiers chemins de fer, Daguerre avait déjà présenté dans 1839 les premières photographies (daguerrotipes) qui commençaient à être utilisées en manière croissante. Cette année fut établit définitivement le Système Métrique Décimal comme unité de mesures. La « Monarchie de Juillet », de Louis Philippe Ier, qu'il avait commencé dans 1830, allait continuer jusqu'à 1848, où on fut installée la 2éme. République, jusqu'à ce que dans 1851 Louis-Napoleon Bonaparte prenne le pouvoir et commence l'époque appelée le « Second Empire ». Ils continuent environ 20 années d'une grande croissance industrielle et commerciale et l’expansion d'un puissant empire colonial.

La même année qu'Ange Briand se retire avec sa pension militaire, -1870- l’Empire de Louis-Napoléon s'écroule avec l'échec de la France dans la Guerre Franco–Prussienne, et est remplacé par la Troisième République, ce qui initie un nouveau chapitre à l'histoire de la France.

Ange Briand meurt le 10 octobre 1871, à 54 ans, dans sa maison de La Montagne, accompagné de son épouse Eugénie Marie Marchal.